jeudi 18 mai 2017

Le Seigneur des Anneaux | Deuxième Partie : Les Deux Tours | Livres 3 & 4 de J. R. R. Tolkien



Pippin et Merry on été enlevés par des Orques. Alors que Legolas, Gimli et Aragorn partent à leur recherche, Frodon et Sam continuent leur route seuls pour détruire l'Anneau. Ils se lieront à Gollum pour se frayer un chemin jusqu'en Mordor tandis que leurs compagnons tenteront de faire tomber Saroumane.


Par où commencer ? C'est compliqué de parler d'une suite sans spoiler. Et puis il y a tellement de choses à dire entre les rebondissements, les obstacles que doivent surmonter les protagonistes mais aussi leurs nouvelles rencontres.

J'avoue qu'en lisant les premiers chapitres de ce second tome, je commençais à me dire que ça ressemblait pas mal au premier tome et qu'il risquait de ne pas se passer grand chose.
Mais heureusement, à force de patience, j'ai enfin eu ce que j'attendais.
Si la chute de Saroumane a vraiment été un moment jouissif, la seconde partie où nous suivons Frodon et Sam m'a vraiment transporté.
On retrouve Gollum qui, bien qu'il soit un personnage perfide et repoussant, m'inspire une grande pitié (je ne devrais pas en avoir d'après mon frère, parce que Gollum est un connard ! xD) et que je le trouve vraiment fascinant. Je crois d'ailleurs en avoir parlé dans ma précédente chronique, mais je le trouve vraiment bien aboutit et maitrisé. Il m'inspire vraiment du dégout et de la méfiance et pourtant, je ne peut m'empêcher de me dire qu'il n'est que la victime de cet Anneau de malheur.

Et puis j'ai fais la connaissance de Faramir ! Sylphideland m'en avait parlé et j'avais vraiment hâte de le rencontrer. A première vu, il me plait bien. Je ne peut pas en dire grand chose pour l'instant parce qu'il n'est pas très présent dans ce second tome, mais j'ai hâte de croiser à nouveau sa route. Même si je doute qu'il surpasse Aragorn dans mon estime ! Ahah

Dans ce second tome, on entre un peu plus dans les contrées sombres de la Terre du Milieu et lorsqu'on le termine, on a qu'une envie, se jeter sur le troisième tome. 

J'ai vraiment beaucoup de mal à parler de cette saga. 
Ca fait plusieurs jours que j'ai terminé ma lecture de ce second tome, et je n'arrive pas à mettre des mots sur ce que je ressent. C'est pour moi le genre d'histoire qui se vit et qu'il est impossible de raconter. Déjà parce que l'univers est infini et que les péripéties sont complexes et multiples. 

Je n'arrive pas à mettre des mots sur le plaisir que je ressent chaque fois que j'ouvre le livre pour me plonger dans les aventures de Frodon, Sam, Aragorn et leurs compagnons.
Tout ce que je peux vous dire c'est qu'il faut lire cette saga. Prenez votre temps et surpassez l'ennui que vous inspire Hobbitbourg et les coutumes Hobbits. Parce que certes, l'action n'est pas omniprésente, mais c'est vraiment une belle aventure et les personnages sont très attachants.
Je tiens quand même à rappeler que je ne suis pas très portée sur la fantaisy, que j'avais détesté le premier film et que mon entourage était persuadé que je n'aimerai pas ... alors si ça, ça ne vous convainc pas...

Bref, moi je retourne me plonger dans cette fantastique saga pour attaquer la dernière partie, Le Retour du Roi.

Mademoiselle C.

jeudi 27 avril 2017

Les Seigneur des Anneaux | Première Partie : La Communauté de l'Anneau | Livres 1 & 2 de J. R. R. Tolkien



L'histoire commence dans la paisible Comté où vivent les Hobbits
Lorsque Frodon se voit remettre un mystérieux anneau ramené par son oncle Bilbon d'un long voyage, il ignore son pouvoir et ce qu'implique sa possession. Sauron, le Seigneur des Ténèbres cherche à le récupérer, et le jeune Hobbit sera entrainé bien malgré lui dans une aventure périlleuse. 
Avec ses compagnons il devra braver tous les danger pour mener à bien la Quête qui lui a été confiée.


Ca y'est, je me suis enfin lancée dans l'aventure du Seigneur des Anneaux
Depuis le temps que ma magnifique édition collector moisissait dans un vieux carton chez mes parents ! 
Je lui fais enfin honneur et malgré les avis peu encourageants que j'ai lu et les réticences de mon entourage quant à mon choix de lecture, j'ai adoré ! 
Et ce n'était pas gagné, parce que j'ai vu le premier film vers l'âge de onze ou douze ans et je n'avais pas du tout aimé. Mais comme les livres sont toujours mieux que les films, j'ai tenté ma chance ! 

J'avais entendu dire que beaucoup avaient abandonné dès le prologue parce que c'était long et ennuyeux de se taper des pages et des pages sur la vie des Hobbits, mais moi ça ne m'a pas du tout gêné ! 
J'ai tout de suite été happée dans cette univers et la plume de Tolkien est très fluide, ça se lit tout seul ! 

Dans ce premier livre de la première partie (Le Seigneur des Anneaux est divisé en trois parties, chacune d'entre elles comportant deux livres), il ne se passe pas grand chose, on ne va pas se mentir. 
On découvre surtout les personnages, l'histoire de l'Anneau et le monde dans lequel ils vont évolués. 
La première partie du voyage de Frodon et de ses amis m'a parfois semblé très longue, surtout à cause des longues descriptions du paysage, mais bizarrement, c'est pour moi un point positif. 

L'univers de Tolkien est incroyablement riche, complet et abouti. Ça donne le sentiment que les endroits qu'il décrit existent réellement tellement ils sont détaillés. Une véritable ambiance se crée et on a en tête des paysages incroyables.
Il est vrai que l'on échappe a aucun détail, qu'il s'agisse du ciel, des bruits environnants, de la couleur des feuilles en passant par l'aspect des montagnes, mais pour moi, c'est une véritable force.
Après tout, lorsqu'un personnage part à l'aventure, il est évident qu'il doit passer certains jours à marcher seul sans qu'un événement rocambolesque survienne sur sa route à chaque page. Je trouve que ça renforce le côté pénible de leur quête. On se sent loin et seul, la Quête semble interminable et la fatigue et la faim pèse sur le voyage.

D'ailleurs, Frodon est plutôt pas mal pour nous rappeler à quel point posséder l'Anneau est un fardeau. Suivre un personnage qui n'a pas l'âme d'un guerrier dès son départ, j'adore ! J'imagine que son évolution sera encore plus intéressante.
Dans cette histoire, Frodon se retrouve au cœur de l'intrigue sans l'avoir choisi. Il ne veut même pas en faire parti, essaye de refourguer l'Anneau à quelqu'un d'autre et se lamente plus d'une fois de ne plus être dans la Comté à vivre paisiblement. Ca fait vraiment du bien de temps en temps, un héro qui ne nous sort pas des tirades de preux chevalier que rien n'arrêtera. Il a peur, il a des doutes et des faiblesses. J'ADORE ! 

Mais celui que j'adore encore plus, c'est le personnage d'Aragorn. ÉNORME coup de cœur pour ce personnage sombre et tourmenté. J'ai vraiment hâte de découvrir son évolution dans les autres livres !


Dans le second livre, Frodon poursuit sa Quête et cette fois, de nombreux personnages s'ajoutent à l'aventure. On retrouve l'Elfe Legolas, le nain Gimli et Boromir.
On reste toujours sur un rythme assez lent quant à leur progression, mais le voyage est très long, on ressent la distance et la difficulté de traverser des contrées différentes à pied, mais c'est un véritable plaisir de suivre cette Compagnie dans leurs aventures.
Ils ont tous des tempéraments très différents mais tous sont réunis pour la même cause et possèdent des qualités indispensables pour partir à l'aventure.

Bien sûr, les personnages découvrent de nouveaux paysages et rencontrent de nouveaux alliés. Comme dans le livre précédent, on a un véritable approfondissement de l'univers de Tolkien et rien que pour ça, cette lecture est magnifique.
J'ai vraiment l'impression de rentrer dans un autre monde, qui existe au delà du livre et qui n'a pas besoin d'un lecteur pour suivre son cours. Lorsque je me plonge dans sa lecture, j'ai l'impression de prendre l'histoire en cours de route, que le temps continue sa course.
Et puis, on se sent tellement petit dans ce vaste monde. Qu'il s'agisse des distances ou des paysages parfois démesurés, pour le coup, on se retrouve à hauteur d'un Hobbit.

Et puis on sent la menace se rapprocher, doucement certes, mais elle plane et guette, de jour comme de nuit. Frodon commence à vraiment mesurer l'importance de sa mission et a déjà appris beaucoup de choses depuis son départ.
La première partie de cette aventure parait déjà longue et pénible, la peur est sans cesse palpable, alors j'imagine que dans les deux prochaines parties, les personnages vont se retrouver confrontés à des évènements bien plus effroyables qu'ils n'auraient pu l'imaginer.

Je pourrai encore parler de tellement de choses sur cette première partie.
L'histoire de l'Anneau et de son pouvoir, de son emprise sur Gollum, les différente créatures et les objets féeriques que l'on découvre au fil des pages et en particulier les Elfes.
J'aurai encore beaucoup de choses à dire et pourtant, j'aurai l'impression de n'en dire que trop peu tellement cet univers est vaste et que son Histoire fourmille de détails.
C'est vraiment une expérience à vivre si vous avez envie de vous sentir dépaysé et de partir dans une véritable aventure.

J'avais prévu de faire une pause entre chaque partie de ce pavé, mais chaque fois que je le ferme, j'ai tout de suite envie de m'y replonger, alors je pense que je vais finalement aller jusqu'au bout. Je sais que si je commence autre chose, je vais constamment penser à la suite qui m'attend.

Alors c'est partie pour la deuxième partie du Seigneur des Anneaux : Les Deux Tours
J'ai hâte de connaitre la suite et je suis impatiente de retrouver tous les personnages !
Même si vous n'êtes pas friands de fantaisy, ce qui est mon cas, je vous conseille vivement Le Seigneur des Anneaux. Ça reste un classique du genre incontournable et la seule chose qui, je pense, pourrait rebuter certains, ce sont les longues descriptions des paysages.
Mais je trouve que ça ne gâche en rien la compréhension de l'histoire si vous décidez de ne pas trop vous y attarder. Personnellement, j'ai parfois un peu de mal à situer géographiquement les lieux dont Tolkien nous parle, mais ça ne m'empêche pas de suivre et de comprendre la Quête des personnages.
Je pense qu'il faut juste prendre son temps, lorsqu'on décide d'aborder ce livre.

Mademoiselle C.

samedi 8 avril 2017

Partie Carrée de Théophile Gautier



Le jour de leur mariage, deux couples se retrouvent séparés et embarqués malgré eux dans des aventures imprévues. L'un va se retrouver en Inde, tandis que deux autres vont voguer à bord d'un navire jusqu'à l'île de Saint-Hélène.


Il ne pouvait y avoir que Théophile Gautier pour me sauver de ma panne de lecture !
Et pourtant, cette histoire ne m'a pas emballée plus que ça. 
Autant j'adore cet auteur et en particulier sa plume, surtout lorsqu'il conte des récits fantastiques, mais pour ce qui est de l'aventure... bof. 

Bon, Gautier, c'est le roi de la description. C'est très beau à lire, c'est poétique, c'est imagé, mais ça casse l'action. Et  déjà qu'il n'y en a pas beaucoup... 
Arrivée à la moitié du livre, je commençais à sérieusement m'inquiéter parce qu'elle n'arrivait toujours pas ! J'attendais avec impatience l’extraordinaire aventure que m'avait promit la quatrième de couverture et franchement, c'était loin d'être transcendant. 

D'ailleurs, j'en profite ici pour faire une petite aparté sur l'imposture qui entoure cette édition. Déjà, il y a plus de 300 pages, mais c'est écrit tellement gros qu'à mon avis, dans une police d'écriture normale, on atteint à peine les 150 pages ! On a vraiment l'impression que ce choix est uniquement là pour justifier le prix du bouquin (18,90 euros quand même ! Heureusement que je l'ai eu d'occasion).
Et ce résumé... ! On nous parle d'une aventure captivante, de péripéties rocambolesques, de voyages extraordinaire en Inde, sur l'île de Sainte-Hélène et de rencontres incroyables dont celle de Napoléon, rien que ça ! 
Là, clairement, les mecs se sont emballés hein ! On me parle d'un sage et d'une magicienne, pour moi ce sont clairement des membres d'une secte et pour ce qui est de Napoléon, un des personnages le croise un bref instant, ça fait trois lignes... 
Quand je pense qu'ils ont même eu l'audace d'ajouter que ce récit peut, je cite "être considéré comme le premier thriller de l'histoire de la littérature", non vraiment là faut pas pousser ! 

Alors forcément, après ce résumé plus qu'alléchant, on a hâte de se plonger dans cette aventure de dingue. Mais heureusement pour moi, je suis familière de Théophile Gautier, et quand j'ai commencé à voir les descriptions s'enchainer, je me suis calmée, je suis redescendue de mon nuage et j'ai lu l'histoire en faisant abstraction du teaser de ouf au dos du bouquin. 
Et j'ai bien fait. Même si je n'ai pas particulièrement aimé l'histoire, au moins, je ne l'ai pas détesté.  

Déjà, on va suivre deux couples sur le point de se marier, qui vont se retrouver séparés, embarqués dans des aventures différentes et s'échanger (d'où le titre Partie Carrée; d'ailleurs je vous laisser aller voir ce que c'est "en vrai" une Partie Carrée. Là non plus, vous excitez pas hein...). 
Autant j'ai adoré suivre Benedict et Édith naviguer jusqu'à l'île de Sainte-Hélène, autant, suivre ce CONNARD de Volmerange... je m'en serai bien passé ! 
Lors de la nuit de noce, Volmerange apprend que sa femme n'est pas vierge et il la poursuit dans les rues de Londres, pour la jeter dans la Tamise. Aucun remord, pour lui il a le droit, parce que bien sur, à cette époque, tu peux tuer ta femme si elle n'est pas vierge. Il a même le droit de tuer celui qui a coucher avec sa femme et biens sûr, il ne va pas se gêner pour le faire ! 
Et ce personnage va être aussi décevant et détestable tout au long du livre. 

L'histoire reste tout de même assez divertissante, les descriptions et la plume de Gautier sont vraiment magnifiques et la fin est assez inattendue; en tout cas elle m'a surprise. 

Pour conclure, je dirais que cette histoire reste assez divertissante, même si je ne compte pas la relire un jour.
Je suis tout de même très contente que cette lecture m’ait enfin permis de sortir de ma panne, et même si ce n'était pas exceptionnel, je compte bien relire Théophile Gautier. Mais je pense rester dans son univers fantastique !

Mademoiselle C.

jeudi 16 mars 2017

TAG Liebster Award

 Marilyn Monroe


Je ne sais pas du tout ce que ça veut dire, je trouve même le nom de ce TAG très moche, mais au moins, j'ai compris le principe !! 
Il faut écrire onze choses sur soi, et répondre à onze questions posées par le tagueur (ça se dit ça ?). Alors, merci On a jamais trop de livres de m'avoir tagué, parce que même si j'ai galéré, c'était très drôle à faire ! :D


C'est parti, on commence par les 11 choses sur moi :

1. J'écris. 
J'ai des dizaines de projets en cours, des notes, des ébauches ou même parfois un plan dans ma tête, mais je ne suis jamais satisfaite de mon travail, je me décourage rapidement et je peux même ne plus être capable d'aligner deux phrases pendant des mois. C'est très frustrant parce que j'adore écrire et que, depuis toute petite, je rêve d'être publiée.

2. Je pratique la self-défense. 
Bon seulement depuis quelques mois, et j'évite de le crier sur tous les toits, parce que dès que je le dis, les gens veulent m'attaquer pour que je leur fasse une prise. Comme si c'était un jeu... 

3. Je n'aime pas qu'on écrive dans un livre. 
Je déteste qu'on me prête un livre dans lequel on a écrit, surligné ou souligné des phrases et des paragraphes. Ça me perturbe et me met mal à l'aise. Souvent, quand on surligne une phrase, c'est qu'elle nous parle, et j'ai toujours l'impression d'avoir lu quelque chose qui ne me regardait pas... 
C'est comme les gens qui mettent un coup de marqueur sur le prix inscrit sur la couverture d'un livre qu'ils vous offrent. Arrêtez ça ! La plupart de temps on le voit quand même ! 

4. J'aurai voulu être une pin-up des années 50 ! 
Je trouve les femmes de cette époque tellement belles et élégantes ! J'adore chiner dans les braderies pour dénicher des objets de cette époque, de vieux magasines ou des vinyles.
C'est d'ailleurs une passion que je partage avec mon fiancé, au point que c'est le thème de notre mariage ! 

5. Je suis fascinée par Lana Del Rey (autant que Marilyn Monroe !). 
C'est ma chanteuse préférée. J'aime sa voix et son univers, je trouve ses chansons sublimes et je peux me gaver de sa musique pendant des heures. 

6. Adolescente, j'étais gothique. 
De cette époque il me reste l'amour des romans noirs, du spleen Baudelairien, du bestiaire fantastique, du groupe Rammstein... et le souvenir des festivals et des concerts de métal... 
Par contre j'ai laissé tomber le style vestimentaire et le piercing à la lèvre ! 

7. J'ai un tatouage. 
Une étoile dans la nuque, que j'ai faites à mes 18 ans.
Ce tatouage est très important pour moi, sa symbolique très forte et il est indissociable de Roméo et Juliette de William Shakespeare. 

8. Belle est le premier personnage féminin qui m'ait marqué. 
Depuis toute petite, je me suis toujours sentie différente. Je n'ai jamais eu les mêmes gouts et les mêmes centres d’intérêts que tout le monde; même dans ma propre famille je suis "différente". 
Alors dès que j'ai vu cette fille atypique et passionnée de livres, je me suis tout de suite identifiée à elle. 

9. Je lis dans mon bain.
J'ai d'ailleurs fait tomber L’Écume des Jours dans l'eau, mais ça ne m'a pas servi de leçon, je recommence !

10. Je prends trop de notes.
J'ai des papiers volants partout, des post-it, des carnets... et ça exaspère mon amoureux ! Le pire, c'est que j'ai beaucoup de mal à les organiser et les ranger ou les recopier dans un seul carnet ! 

11. Mon chien s'appelle Arkham.
Comme l'asile dans Batman. Parce que j'adore Batman.


Françoise Dorléac


Et maintenant les questions !

Plutôt concombre ou cornichon ?
Euh... je suis pas dingue de concombre et les cornichons... comme je les mangeaient avec du pâté et que maintenant je suis végétarienne, j'avoue que je n'en mange plus ! xD

Tu es qui, exactement ?
Une vieille dans un corps de jeune ! Si si ! J'écoute la radio (et pas pour la musique), j'adore les visites guidées au musée ou dans les châteaux, j'assiste à des conférences, quand je pars en vacances, c'est pour visiter en long, en large et en travers, j'écume les braderies, je ne fume pas, ne bois pas d'alcool mais de la tisane... mais heureusement, je partage ma vie avec quelqu'un comme moi ! =D

Qu'est-ce qui t'a donné envie d'ouvrir un blog littéraire ? 
Pour gonfler mon CV pour intégrer une formation ! xD C'est vrai en plus !!

Combien de livres as-tu dans ta bibliothèque ?
Certains diront trop, moi je dirais pas assez !

Si tu ne pouvais pas emmener ton livre préféré avec toi, lequel prendrais-tu en deuxième choix ?
Un Harry Potter, c'est une valeur sûre ! =D Le troisième ou le sixième !

Dans quelle position préfères-tu lire ?
Assise et allongée. Mais allongée, j'ai tendance à m'endormir !

Est-ce que tu m'aimes ?
Le contraire est-il possible ??!!

Plutôt Harry Potter ou Le Seigneur des Anneaux ?
Harry Potter bien sûre !

Est-ce que tu aimes les lapins ?
Oh oui punaise, c'est trop mignon ! D'ailleurs, j'en ai eu un. Monroe (comme Marilyn), un lapin blanc trop gentil. Il a finit déchiqueté par un chien que ma tante avait recueilli après que je l'ai donné à ses filles. Je pouvais pas l'emmener dans notre appartement. 
Triste fin pour un petit lapin aussi gentil !

As-tu déjà essayé de t'allonger dans le coffre de ta voiture pour voir si tu tenais dedans ?
Euh... non ! xD

Pourquoi lis-tu autant ?
Pour vivre plusieurs vies, pour voyager dans le temps et parcourir l'espace, des contrées lointaines ou imaginaires. Parce qu'on peut se faire son propre film dans la tête et qu'il n'y a rien de mieux pour s'évader. 


Ouf ! Ça y'est ! C'est fini ! 
C'était bien, mais c'était long ! =P 

Du coup, je vais taguer Je ne sais point lire et Marie ! Et comme apparemment, il faut poser onze questions à lesquelles vous devrez répondre :

1. Quel est votre plus lointain souvenir de lecture ?
2. Quelle(s) chaine(s) Booktube conseilleriez-vous ?
3. Citez trois choses dont vous ne pourriez pas vous passer. 
4. Avez-vous des rituels avant de lire ? 
5. Seriez-vous capable d'annuler une soirée/diner/rendez-vous pour lire ?
6. Quel est le dernier film que vous ayez vu au cinéma ? 
7. Quel livre auriez-vous aimé écrire ?
8. Où passerez-vous vos prochaines vacances ?
9. Préférez vous qu'un auteur garde son style ou qu'il expérimente d'autres genres ?
10. Avez-vous d'autres passions que la lecture ?
11. Si vous pouviez passer une journée avec trois personnages célèbres/historique/de roman, qui choisiriez-vous ?

Mademoiselle C.

jeudi 9 mars 2017

La Couleur des Sentiments de Kathryn Stockett [Coup de Coeur]



L'histoire se passe à Jackson, dans le Mississippi, dans les années 60. 
Nous suivons le destin de trois femmes : Skeeter, une jeune fille Blanche qui rentre dans sa ville natale après ses études, Aibileen, une domestique Noire qui s'occupe d'enfants et Minny, une autre domestique Noire qui n'a pas sa langue dans sa poche. 
Toutes les trois vont s'allier et entrainer d'autres domestiques avec elle pour écrire un livre de témoignages et raconter le quotidien de ces femmes Noires qui travaillent au service de familles Blanches.


Je l'ai dévoré, je l'ai adoré et c'est avec un gros pincement au cœur que j'ai refermé ce livre et quitté ses personnages !
J'ai aimé l'époque, l'ambiance, les personnages et leurs destins, mais aussi le message que délivre cette histoire. Je ne trouve rien de négatif à dire, et j'ai même adoré détester certains personnages ! 

Ce livre est émouvant et drôle. 
Suivre le parcours de ces trois femmes différentes mais au caractère affirmé est un véritable bonheur et je n'ai eu aucun mal à partager leur joies et leurs peines. 
Les personnages sont hauts en couleur et bien nuancés, ils évoluent et apprennent les uns des autres. J'ai aimé les trois personnages principaux, et j'ai même un coup de cœur pour Célia Foote, qui, bien qu'elle ne soit qu'un personnage secondaire, m'a touché par ses similitudes avec Marilyn Monroe.
Marilyn Monroe est une femme pour qui j'ai beaucoup de respect, d'admiration et de fascination et le parallèle avec Célia m'a ému.
Sous ses airs naïfs et superficiels, elle cache une grande tristesse et bien plus d'intelligence qu'on ne l'imagine.
Célia est peut-être une fausse blonde tout droit sortie de sa campagne, mais elle n'a rien à envier aux bourgeoises qui l'exclut et la prenne de haut. Car Célia se fiche des apparences et traite sa bonne comme une égale, sans même se poser la question. Et c'est ça que j'aime chez ce personnage. Pour elle, il n'y a pas de barrière et elle agit avec un naturel désarmant !
Quelle bonne idée de l'avoir mise avec Minny, le personnage grande gueule qui se montre la plus enragée envers les Blancs.

Et c'est là que je trouve ce livre magnifique. L'auteur réussit à délivrer son message sans tomber dans le militantisme, sans accuser ni culpabiliser le lecteur ou ceux qui se contentent d'observer les injustices sans bouger ni se remettre en question. Elle même faisait parti de ceux qui ne se souciaient pas de ce que pouvait bien ressentir une bonne. Parce que c'était quelque chose de normal pour tout le monde, et qu'il a fallut du recul pour changer de point de vu.
Comme le livre que Skeeter Phelan écrit avec Aibileen, Minny et les autres bonnes, elle expose les faits comme ils sont, sans culpabiliser le lecteur ou le montrer du doigt. Les témoignages nous touchent et font réfléchir sans nous braquer.
D'ailleurs, dans ces témoignages, tout n'est pas tout noir ou tout blanc, et certains témoignages, très positifs, sont vraiment touchants.

En conclusion, je me contenterai de vous dire qu'il faut absolument lire ce livre magnifique, duquel il ne ressort que du bon !

Mademoiselle C.

dimanche 5 mars 2017

La Nuit des Temps de René Barjavel [Coup de Coeur]



Nous sommes en Antarctique. A plus de 900 mètres sous la glace, une équipe scientifique détecte un faible signal, comme un appel venu du centre de la Terre. 
Une expédition est alors mise en place, et on finit par découvrir une étrange sphère, dans laquelle repose, depuis plus de 900 000 ans, un homme et une femme, qui pourraient bien détenir la clé de nos origines.


C'est fou, comme une simple page, un paragraphe ou même un mot, peut complètement faire basculer votre vision d'un livre; le faire basculer de l'excellente lecture au coup de cœur. 
C'est bouleversée que j'ai refermé La Nuit des Temps et je conseille cette lecture à TOUT LE MONDE ! C'est impossible de ne pas aimer, de ne pas être touché par cette histoire. 

La Nuit des Temps, c'est l'histoire de nos origines, qui bouleverse et remet en question nos racines et nos croyances. Bien sûre, ce n'est qu'une fiction mais après tout, pourquoi pas ? 
L'idée d'une civilisation arrivée au bout de son histoire et de sa technologie, qui ne peut connaitre que l'issue de la guerre et de la destruction, pour repartir à zéro, il me semble que cette hypothèse reste envisageable. 
L'éternel recommencement, l'Homme qui répète les mêmes erreurs et qui s'élance avec rage vers une fin toujours funeste; c'est beau, triste, fascinant, inévitable... 

La Nuit des Temps, c'est aussi l'histoire de notre propre civilisation et de ses travers, de sa Nature profonde, mauvaise et intéressée.
Sans surprise, la découverte de la sphère et de ses occupants attise beaucoup les convoitises, que les pays veulent s'arracher pour s'en approprier la paternité ou s'enrichir. En découle des conflits entre les uns et les autres, des menaces de guerre, des complots, des sabotages, bref, tout ce pour quoi nous sommes les plus doués... 
 
Mais surtout, La Nuit des Temps, c'est une magnifique histoire d'amour qui a traversé le temps. 
Lorsque Eléa se réveille de son long sommeil, nous découvrons son peuple, ses coutumes et son Histoire, mais aussi Païkan, son grand amour. 
Je ne veux pas trop en dire et en même temps, cette relation particulière ne peut pas être bien expliquée. Elle est complexe, belle et aucun de nos mots n'a d'équivalent, car ce qu'ils éprouvent l'un pour l'autre va bien au-delà de celui que nous avons nommé "amour".
Imaginez seulement que l'on vous présente la personne parfaite pour vous; votre âme sœur, celle qui vous complète au point que vous ne faites plus qu'un avec elle. Même là, mon explication est bien médiocre, je ne peux que vous encourager à lire le livre pour vraiment vous rendre compte de la beauté et de l’intensité de cette histoire d'amour. 

D'ailleurs, leur histoire d'amour me fait rebondir sur ma bête noire du livre mais qui, je vous rassure, n'a en RIEN perturbé ma lecture ni même entaché mon coup de cœur
Je ne sais pas si ça vient de moi, mais j'ai détesté le personnage de Simon, l'un des scientifiques à l'origine de la découverte du signal enfoui sous la glace. 
Dès qu'il pose les yeux sur Eléa, il en tombe follement amoureux et se l'approprie d'une façon qui m'a révolté tout au long du livre. Et c'était vraiment physique. Dès qu'il était avec elle, qu'il pensait à elle, mon corps faisait un rejet. 
Alors c'est drôle, parce qu'il ressent la même chose dès que quelqu'un d'autre que lui la touche ou lui parle, mais si lui était motivé par ses propres sentiments et son désir de lui faire oublier son passé, j'étais outrée qu'il tente de se mettre entre Eléa et Païkan et qu'il essaie de salir leur amour si pure et sincère. 

C'est très compliqué d'écrire cet article et de parler du livre, parce qu'il est très riche, mais aussi parce que moins vous en saurez, mieux se sera. 
Dans cet article je n'ai fait que survoler l'histoire et rien de ce que j'ai écris ne pourra vous gâcher votre lecture, mais si vous l'avez lu, n'hésitez pas à m'en parler, parce que je meure d'envie de partager ça avec quelqu'un ! Ahah !

Il y a quelques temps, Perseline, de la chaine Youtube Il était une fois Perseneige, m'avait conseillé de stopper toutes mes lectures en cours pour me plonger dans La Nuit des Temps. Et bien après l'avoir lu, je ne peux que lui donner raison et vous donner le même conseille ! FONCEZ ! 

Mademoiselle C.

dimanche 26 février 2017

Tristan et Iseult par Joseph Bédier



Tristan et Iseult fait parti de ces légendes, transmises oralement, que les historiens ont réécrites tant bien que mal à l'aide de fragments de textes retrouvés, composés au XIIème et au XIIIème siècle par diverses auteurs comme Béroul, Thomas d'Angleterre et autres anonymes. 
Au début du XXème siècle, le philologue spécialiste de l'époque médiévale Joseph Bédier a reconstitué dans une œuvre "complète" l'histoire de ces deux amants maudits, à partir des fameux fragments des diverses auteurs. C'est donc cette version que je vous présente dans ce article.  

D'abord, je dois dire que si vous aimez le Moyen-Âge, la chevalerie et l'amour courtois, cette histoire va vous plaire.
Vous trouverez en Tristan l'image du preux chevalier qui ne recule jamais devant le danger, vous rencontrerez un dragon, un géant, une magicienne capable de concocter de puissantes potions, mais vous suivrez surtout l'histoire d'un homme et d'une femme victime d'un puissant sortilège.

Car oui, Tristan et Iseult, ce n'est pas l'histoire d'un coup de foudre passionné.
Iseult est promise au roi Marc, l'oncle de Tristan, qui doit la ramener en Cornouailles pour l'épouser, et sans l'intervention de la servante d'Iseult, leur amour ne serait jamais devenu une malédiction.
Iseult n'a que douze ans, et lorsqu'on lui dit qu'elle va épouser le vieux roi Marc alors qu'elle a devant elle le jeune et beau Tristan... forcément le mariage auquel elle doit se soumettre ne la réjouit pas.
Alors sa mère, puissante magicienne, concocte un philtre d'amour que sa servante devra faire boire au couple royale lors de leur nuit de noce. Après l'avoir bu, il seront follement épris l'un de l'autre pendant trois ans, au point de  ne pouvoir supporter d'être séparer l'un de l'autre plus d'une journée et d'en mourir s'ils sont éloignés plus d'une semaine. 
Mais bien sûre, vous vous doutez que rien ne se passe comme prévu et la servante verse la potion à Tristan et Iseult ! Et là c'est le début des ennuis ! 

Déjà, premier problème, que je trouve bien pervers, lorsque Iseult arrive en Cornouailles, elle n'est plus vierge ! Alors pour faire croire au roi Marc que c'est le cas, elle demande à sa servante de prendre sa place lors de la nuit de noce ! Chouette non ? 

Sous l'emprise du philtre d'amour, Tristan et Iseult seront victimes de leurs sentiments et n'auront de cesse de se voir en cachette et de contrer les complots de la cour.
Et c'est là que cette histoire m'a particulièrement plut. On retrouve les complots et les jalousies de la cour, qui se terminent souvent par des scènes sanglantes.
Alors après, on se dit quand même que le roi Marc est sacrément con, mais on s'attache beaucoup à ce couple maudit et on a envie de les voir s'en sortir pour qu'ils puissent vivre leur amour.
Il est vrai que leur amour sonne comme une malédiction et s'avère même être une contrainte pour les deux amants qui ne peuvent s'aimer librement, toujours poussés à prendre des risques pour se retrouver parce qu'ils sont incapables d'être séparés sans en souffrir, mais dès que l'effet de la potion disparait ils restent attachés l'un à l'autre et s'aiment du même amour.

Je pense que vous l'aurez remarquer, je ne donne pas vraiment mon avis sur ce livre, parce que c'est impossible de critiquer une histoire qui s'avère être le travail de reconstitution de plusieurs récit par un homme du XXème siècle
Il faut la prendre comme une légende qui a traversé les âges et qu'un homme a voulu sauver de l'oubli. 

Par contre, j'ai très envie de vous parler des similitudes entre Tristan et Iseult et le Roméo et Juliette de Shakespeare
L'un comme l'autre ne sont que des réécritures d'une histoire d'amour vieille comme le monde (dont les premières traces semblent remonter au mythe de Pyrame et Thisbé), mais j'ai pris un malin plaisir à relever les similitudes entre les deux histoires :

  • On retrouve le schéma de l'amant qui tue l'oncle de celle qu'il aime, et les tourments de la jeune fille, perdue entre ses désirs de vengeance et d'amour. 
  • La potion joue une place très importante dans les deux histoires. Sous la forme d'un philtre d'amour dans Tristan et Iseult, et d'un poison chez Roméo et Juliette
  • Dans Roméo et Juliette, le destin des amants est écrit dès le début de la pièce dans les étoiles. Dans Tristan et Iseult, on retrouve ce même rapport aux étoiles avec un nain qui peut y lire l'avenir et met en garde à plusieurs reprises le roi sur les rendez-vous clandestins des deux amants. 
  •  Dans les deux histoires, la mort des amants se joue sur un message mal transmit, seulement, pour Tristan et Iseult, il ne s'agit pas d'un empêchement mais d'une vengeance. 
 
On retrouve aussi un passage qui m'a beaucoup étonné puisqu'il est assez similaire au conte de Blanche-Neige. 
Iseult craint que sa servante révèle son histoire avec Tristan, demande à deux serfs de l'emmener dans la forêt pour la tuer et de lui ramener sa langue comme preuve. 
Une fois dans la forêt, la jeune servante fait tellement pitié aux deux serfs qu'ils l'épargne et rapportent à la reine la langue d'un lièvre. Ça ne nous évoque rien ?
Bon, contrairement à la belle-mère de Blanche-Neige, Iseult se repent et retrouve sa servante avec joie ! 
 
Je termine avec une anecdote qui m'a fait particulièrement sourire en bonne fan de Kaamelott que je suis ! 
Tristan se marie avec une autre Iseult, qui lui rappelle celle qu'il aime par la beauté et le nom, mais lors de sa nuit de noce, l'image de son premier amour lui revient et il lui est alors impossible de faire l'amour avec sa femme. Il lui prétexte une blessure de guerre qui le rend impuissant, puis se confie à son beau-frère sur le serment de fidélité qui le lie à Iseult
Je n'ai pu m'empêcher d'avoir une pensée pour cette pauvre Guenièvre ! Ahah !  

Bon, et bien en conclusion, je vous conseille cette lecture, que vous aimiez les mythes chevaleresque ou celui des amants maudits rendus célèbres par Roméo et Juliette
Personnellement, je trouve qu'il est toujours intéressant de lire plusieurs versions d'une même histoire !

Mademoiselle C.